L’info éco dans la Marne

Crise sanitaire : impact sur le tissu économique du Grand Reims

L’étude menée par l’Agence d’Urbanisme, de Développement et de Prospective de la Région de Reims (AUDRR) concernant l’impact économique de la crise sanitaire sur le tissu économique du Grand Reims, révèle qu’un emploi sur deux est impacté par les mesures d’endiguement prises par le Gouvernement.

Tous les secteurs de l’économie française ne sont pas uniformément impactés de la même façon par la crise sanitaire. Ils se classent en 3 catégories : les secteurs en première ligne (quasiment ou totalement à l’arrêt), les secteurs suiveurs (entrainés dans la baisse générale de l’activité) et les secteurs résilients (stabilisants ou abrités).

A partir de cette base, l’AUDRR a mené une réflexion sur plusieurs sujets économiques afin d’apporter des éléments de connaissance et des outils susceptibles d’aider à la relance économique des territoires du Grand Reims.

Le premier sujet traité par l’AUDRR concerne l’impact sectoriel de la crise sanitaire au niveau local (sur une base de 120 200 emplois à l’échelle du Grand Reims, soit 94 % des effectifs locaux) : quels sont les secteurs les plus impactés ? Combien pèsent-ils en termes d’emplois ? S’agit-il de secteurs pour lesquels notre territoire a une spécificité ?

52 % des emplois du Grand Reims (soit 624 00 emplois) font partie des secteurs « résilients ». La communauté urbaine semble a priori légèrement mieux armée pour résister aux effets économiques du confinement que la moyenne nationale (50 % des emplois en France sont considérés comme « résilients »). 36 200 emplois se trouvent en secteurs « première ligne » et 21 600 sont classés en secteurs « suiveurs ».

Le poids des secteurs « suiveurs » dans le Grand Reims est l’un des plus conséquents de France, en raison de la forte implantation des services aux entreprises et ses 17 600 emplois. Ce secteur va constituer un enjeu essentiel dans une optique de redémarrage économique du Grand Reims.

Une analyse fine du tissu économique du Grand Reims permet de dégager des spécificités économiques locales assez nettes (industrie pharmaceutique, activités immobilières, fabrication de denrées alimentaires, soutien aux entreprises, hébergement et restauration, services administratifs…), appartenant aux secteurs dits « résilients » et « suiveurs ».

Toutefois, en terme d’emplois, ce sont le commerce et la réparation automobile et de motocycles qui en regroupent le plus grand nombre parmi les 10 principales spécificités économiques du Grand Reims. Ils devront être observés et suivis avec attention et bénéficier, le cas échéant, d’un accompagnement et de dispositifs d’aide pour relever les défis de cette crise.

Pour lire l’ensemble de l’étude de l’AUDRR

Vous aimez cet article ?

Commentaires