L’info éco dans la Marne

Transmission d’entreprise : l’humain avant la technique

La cession/reprise d’entreprise, c’est moins une affaire de technique juridique et financière qu’une question de psychologie et de relationnel. Qui le dit ? Un avocat, un expert-comptable et un notaire, tous trois invités par la CCI de Reims et d’Epernay dans le cadre de ses Carrefours de l’entreprise, les 30es du nom, qui ont eu lieu le 29 novembre 2012.

« Dans une transmission d’entreprise, la technique c’est 40 %, l’humain, 60 %, et même parfois davantage », résume l’expert-comptable Christian Ameloot. La cession/reprise, c’est la rencontre d’un « vendeur qui a envie de vendre et d’un acquéreur qui a envie d’acheter », insiste le notaire David Mennetret, même si cela peut sembler une lapalissade. Le cédant doit en effet assumer ce « trou noir qu’est la fin de vie professionnelle ».

Etre prêt

C’est pour cela que le chef d’entreprise doit toujours avoir dans un coin de sa tête l’idée qu’il devra céder tôt ou tard sa société, et même se préparer mentalement à le faire à tout moment. Encore faut-il que les conditions soient propices et l’environnement favorable. Les trois professionnels invités par la CCI à témoigner ont évoqué plusieurs cas concrets où la transmission est devenue compliquée, voire impossible : une entreprise où le dirigeant, à force de vouloir s’occuper de tout, n’a pas vu que ses associés s’étaient rendu coupables de détournements de fonds, et surtout n’avait pas organisé sa société pour qu’elle soit transmise dans de bonnes conditions.

Une autre où le commercial, qui réalisait 50 % du chiffre d’affaires, s’était positionné comme repreneur légitime sans en avoir les moyens financiers, générant de fortes tensions à l’intérieur de la société. Une troisième où le chef d’entreprise n’avait pas voulu céder sa société au salarié qui était son bras droit, lequel avait du coup quitté l’entreprise, avec pour conséquence de la « torpiller ».

Savoir communiquer

Alors oui, « le droit est secondaire par rapport à la psychologie », souligne l’avocat Christophe Bonhomme. Le rôle du conjoint est par exemple essentiel à ses yeux. Le succès de l’opération réside aussi beaucoup dans la communication. Il faut informer le personnel ni trop tôt ni trop tard, « ni l’affoler, ni le laisser dans l’incertitude », indique l’avocat. Sachant, comme le rappelle le notaire David Mennetret, que l’intention de céder l’entreprise de la part de leur employeur devient vite « un secret de polichinelle » pour les salariés.

Dans notre vidéo, Christian Ameloot (photo ci-dessous à gauche), Christophe Bonhomme (photo ci-dessous à droite) et David Mennetret (photo ci-contre) évoquent l’importance de la dimension humaine, psychologique et relationnelle de la transmission d’entreprise.

Vous aimez cet article ?

Thématiques

CCI création / reprise événement

Vidéos

Commentaires