L’info éco dans la Marne

Jean-Paul Pageau : « Le mot apprentissage ne me plaît pas »

La formation, et plus particulièrement l’apprentissage, était au menu du second point presse mensuel organisé par la CCI, le 29 février 2012. Le président consulaire, Jean-Paul Pageau, estime qu’il faut remplacer le mot "apprentissage", devenu péjoratif. Il a rappelé aussi quelles étaient les actions de la CCI dans ce domaine.

Plus de 17 % des 90 000 demandeurs d’emploi de la région ont moins de 25 ans, soit 15 000 jeunes au chômage. Un chiffre supérieur à la moyenne nationale (un peu plus de 15 %). Parallèlement, 46,4 % des Champardennais de 18 à 24 ans sont en formation, contre 51,7 % au niveau national.

Jean-Paul Pageau a rappelé un certain nombre d’activités ou d’initiatives de la CCI dans le domaine de la formation en général et de l’apprentissage en particulier :

  1. La formation de plus de 200 apprentis à Reims Management School.
  2. L’organisation de la Nuit de l’orientation en partenariat avec l’Onisep.
  3. Le recensement des besoins des entreprises en matière d’apprentis.
  4. La gestion de la base de données en ligne Pass’apprentissage (voir article sur ce blog)
  5. Le traitement de plus de 800 contrats d’apprentissage par an.
  6. La collecte de la taxe d’apprentissage.
  7. L’organisation des Mercredis de l’apprentissage avec la chambre de métiers.
  8. Sans oublier le projet de communication sur l’apprentissage auprès du grand public en mai-juin dans les rues de Reims.

Aller voir ailleurs

Pour autant, si l’idée d’apprentissage séduit Jean-Paul Pageau, qui a lui-même emprunté cette voie dès l’âge de 14 ans, le vocable n’emporte pas son adhésion. « Le mot apprentissage ne me plaît pas. A mon époque, en 1960, ce n’était pas péjoratif. Mais aujourd’hui, ce n’est plus valorisant. Aucun parent n’ose dire que son enfant est apprenti. Je milite donc pour une nouvelle dénomination. Pourquoi pas “étudiant des métiers" ? »

Patron de 700 salariés, le président de la CCI n’hésite pas non plus à distiller quelques conseils aux jeunes qui ne trouvent pas de travail. « Accepter de redescendre d’un cran pour remonter ensuite. Elargir sa palette pour s’adapter au marché de l’emploi. Ne pas hésiter à partir dans une autre région ou un autre pays, pour mieux revenir après. » A la remarque qui lui est faite sur les conséquences démographiques d’une telle expatriation, le chef d’entreprise répond : « Oui, mais vaut-il mieux avoir du travail ailleurs ou être chômeur ici ? »

A propos

La 2e Nuit de l’orientation, organisée le 16 février 2012 dans les locaux du CRDP de Reims, a attiré 1 442 visiteurs, contre 833 en 2011 au siège de la CCI. Un réel succès, donc, pour cette manifestation à laquelle ont également participé 180 professionnels.

Vous aimez cet article ?

Thématiques

CCI formation Région

Commentaires