L’info éco dans la Marne

André Marcon, président de CCI France : « Notre objectif : mieux servir l’entreprise »

Venu inaugurer le salon Expert’in à Troyes, le président de CCI France, André Marcon, a présenté à la presse le pacte de confiance et le contrat d’objectifs et de performance qui ont été signés le 28 mai 2013 entre l’Etat et le réseau des CCI. Ces documents réaffirment le rôle du réseau consulaire, notamment comme relais des mesures gouvernementales en faveur des entreprises.

« C’est une reconnaissance des CCI en tant que corps intermédiaire dans la société », se félicite André Marcon, évoquant au cours d’une conférence de presse donnée le 11 juin 2013 à Troyes le pacte de confiance et le contrat d’objectifs signés par CCI France avec l’Etat. A l’heure de la décentralisation, les CCI s’interrogeaient en effet sur leur place et leur éventuelle « marginalisation », voire leur « instrumentalisation ».

Le contrat d’objectifs et de performance assigne six missions aux chambres de commerce et d’industrie :

  • L’accompagnement des créateurs et repreneurs d’entreprises.
  • La simplification de la vie des entrepreneurs.
  • Le développement de la formation et des compétences, et l’insertion des jeunes dans les entreprises.
  • L’internationalisation des entreprises.
  • L’accompagnement des chefs d’entreprise pour anticiper et s’adapter aux mutations économiques.
  • L’animation et le développement des territoires en partenariat avec les collectivités territoriales.

Un septième axe de travail s’impose aux CCI, mais cette fois au niveau de leur organisation interne : mutualiser davantage leurs services et laisser une plus large place aux femmes dans leurs structures dirigeantes. André Marcon résume cette feuille de route en un seul objectif et une même finalité : « Mieux servir l’entreprise. »

Des indicateurs de résultats seront associés à chacun de ces objectifs pour permettre de quantifier et de qualifier l’action mise en œuvre et les progrès réalisés.

Au service de l’Etat

André Marcon a aussi insisté sur le fait que le réseau consulaire devait être « homogène », avec des chambres « portant le même message et rendant les mêmes services aux entreprises », tout en « répercutant » les mesures gouvernementales afin que les entreprises en tirent le meilleur parti. Les CCI sont en effet des établissements publics qui ont vocation à « servir » l’Etat, leur autorité de tutelle. Le président de la CCI France sait pouvoir compter pour cela sur le « côté légaliste » des chefs d’entreprise élus au sein des chambres de commerce et d’industrie.

Photo : André Marcon, à gauche, aux côtés de François Cravoisier, président de la CCI Champagne-Ardenne

Vous aimez cet article ?

Thématiques

CCI événement Région

Commentaires