L’info éco dans la Marne

Portrait d’un homme-orchestre

Il a plusieurs cordes à son arc : graphiste, monteur, motion design, réalisateur, metteur en scène d’une compagnie de théâtre. Passionné et hyperactif, Grégory SACRÉ est un peu tout ça à la fois.

«  Depuis que je suis tout petit, j’ai voulu raconter des histoires. J’étais un fan de jeux vidéo  » confie Grégory Sacré. Pensant faire du graphisme, il se tourne vers une formation en PAO. Mais au fur et à mesure, il se rend compte que ce cursus ne lui correspond pas vraiment. « Il y avait trop de mise en page et fort peu de création. En réalité, le cinéma était plus adapté pour donner vie à mes idées  ».

Bonjour la caméra. Grégory se forme seul, en autodidacte, à la vidéo. Il commence par créer une association, VAROCK Films, et réalise son premier court-métrage en 2004 qu’il diffuse sur Internet. « Ce qui m’a permis d’avoir une réelle visibilité. A l’époque, il n’y avait pas la surcharge vidéo qui existe aujourd’hui  ». Les courts-métrages s’enchaînent, d’une durée toujours plus longue. Avec un point culminant : l’année 2007 où notre réalisateur participe à une anthologie du cinéma d’horreur et voit l’un de ses films édité et bénéficié d’une vraie sortie nationale.

A ce jour, Grégory a réalisé une quinzaine de courts-métrages, dont un « waru » (le mal, en japonais). Son univers a toujours été catalogué dans le genre horreur/gore, alors qu’il a aussi tourné des films d’action, des comédies… . Il refuse de se laisser enfermer dans une catégorie. « Tout ce travail me servira à réaliser un long-métrage. Je me suis donné deux ans pour monter ce projet qui traitera du monde apocalyptique et surconnecté  ».

Grégory est aussi un passionné d’affiches de film. « L’affiche est le premier contact avec le film, qui donne envie ou pas d’aller le voir. J’ai toujours fait les affiches de mes courts-métrages ». Il crée des affiches « fan art » qu’il poste sur différents comptes. Plusieurs d’entre elles ont même été recensées sur un important site spécialisé. « Je me suis lancé comme défi de poster une affiche par semaine  ».

Ce travail sur les affiches lui donne aussi la possibilité de se faire connaître comme graphiste, son métier de base qu’il exerce à temps partiel à Reims dans une entreprise de production. « Je fais du web design, de la création de logos et de flyers, du montage vidéo, du motion design  ». Un lien entre le travail de graphiste et celui de monteur.

Et ce n’est pas tout… Grégory est aussi comédien et metteur en scène d’une compagnie de théâtre à Reims qu’il a créée il y a 8 ans, « La Compagnie Sans Nom » qui comprend une dizaine de personnes, tous amateurs. « Nous donnons une pièce par an au centre culturel du CROUS, dont j’écris le texte  ». Un théâtre loufoque et délirant. « D’ailleurs, j’adore tout ce qui est absurde et parodique ».

Un emploi du temps plus que chargé pour notre jeune entrepreneur aux multiples facettes.

A propos

Le blog de Grégory Sacré : http://gokaiju.tumblr.com/

Vous aimez cet article ?

Photos

Commentaires