L’info éco dans la Marne

Plus que 2 exercices pour vos travaux d’accessibilité

La loi sur l’égalité des droits et des chances de février 2005 stipule que d’ici le 1er janvier 2015, tout établissement recevant du public doit se rendre accessible pour les personnes souffrant de problèmes de mobilité. La plupart des entreprises sont donc concernées et doivent anticiper la planification d’éventuels travaux ou gérer au mieux les surcoûts liés à ces obligations légales.

Au-delà de ces dispositions réglementaires, et parce que personne n’est à l’abri, c’est bien du « vivre ensemble » dont il s’agit : lorsque que l’on a la chance de pouvoir se déplacer sur ses deux jambes, on ne se rend pas forcément compte du nombre d’embûches semées au quotidien sur notre parcours.

Une simple marche sur le pas de la porte, des circulations trop étroites ou encore un ascenseur en panne… Détails anodins pour une personne valide mais qui représentent des obstacles infranchissables pour celles et ceux qui sont confrontés au handicap. Pour les situations les plus délicates, les personnes à mobilité réduite se démotivent tellement tant qu’elles en arrivent parfois à ne plus vouloir sortir de chez elles.

25% de la population concernée

On pense tout de suite aux personnes qui se déplacent en fauteuils roulants, mais se préoccuper d’accessibilité, c’est surtout travailler sur la qualité d’un cadre de vie adapté à tous. Une très large frange de la population est en effet concernée.

Si on compte les femmes enceintes, une bonne part des personnes âgées, les familles avec un enfant en bas âge, mais aussi les personnes rencontrant des difficultés physiques, sensorielles, psychiques ou mentales permanentes ou passagères, on arrive au quart d’une clientèle qu’il faut accueillir dans les meilleures conditions possibles.

Pour prévoir ces nouvelles obligations et simplifier le quotidien de tous dans une optique de développement durable et de citoyenneté, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Reims et d’Epernay vous encourage vivement à avancer sur ce type de projet puisqu’il ne vous reste plus que 2 ans aux entreprises pour être en conformité.

Une phase de diagnostic (sans engagement) peut être réalisée par des cabinets conseil, et permettra d’identifier les solutions et de faire une première estimation des coûts des modifications, sachant que des dérogations existent (protection du patrimoine, montants des travaux disproportionnés et mettant en péril une activité…).

Au-delà des aménagements qui pourront être choisies avec un prestataire, il sera également judicieux de prévoir la formation des personnels. Les besoins sont en effet très spécifiques en fonction de chacune des formes de handicap et mobilisent auprès des personnels techniques ou d’accueil des faisceaux de compétences différents.

A qui s’adresser ?

Les bureaux d’études ou de contrôle sont compétents en matière d’accessibilité. Les architectes sont également en mesure d’ accompagner les entrepreneurs pour ce type de projet.

Suis-je bien noté ? plus de 500 adresses testées

200 adresses rémoises et presque autant à Châlons-en-Champagne ont été testées cette année par leurs visiteurs au travers du guide collaboratif édité par une association indépendante : à découvrir sur www.jaccede.com


Photo : copyright Jaccede

A propos

Quelques chiffres
> 25%, c’est la proportion de personnes concernées par le manque d’accessibilité
> 40% des Français seront touchés par un problème de mobilité en France d’ici 2030 au regard du vieillissement de la population (et personne n’est à l’abri d’un accident)
> 4 familles de handicap : moteur, visuel, auditif et mental/intellectuel

Vous aimez cet article ?

Thématiques

commerce industrie investissements services / tertiaire

Vidéos

Commentaires