L’info éco dans la Marne

Confronter les futures créatrices à la réalité de celles qui ont créé

Créer au féminin a inauguré le 13 février un nouveau format de rencontre dédié aux porteuses de projet : un petit déjeuner convivial autour de femmes qui ont récemment créé. L’idée est bien sûr de permettre aux futures créatrices d’entrevoir le parcours de celles qui ont franchi le pas et de récolter des conseils pour créer dans les meilleures conditions possibles. La présence d’un conseiller en création de la CCI Reims-Epernay permet aussi de répondre à leurs éventuelles questions techniques et pratiques.

Pour ce premier petit déjeuner - agrémenté de biscuits cuisinés par une des futures créatrices – Florence Richeton, Florelia Mobility (conseils en mobilité), et Marie Cloos, Mille et une excuses (magasin de lingerie à Reims), étaient invitées à présenter leur parcours et à donner leurs conseils. Toutes deux ont relevé le défi de la création de manière différente, mais toutes deux armées d’un fort courage et d’une réelle passion pour leur projet.

Messine d’origine, Florence Richeton a déménagé de nombreuses fois dans le cadre de ses missions au sein de l’Apec (association pour l’emploi des cadres), c’est ce qui lui a donné l’idée de créer sa société de relocation, activité encore méconnue dans la région et qui vient des Etats-Unis. Il s’agit d’un service d’aide pour trouver rapidement un logement, un établissement scolaire pour les enfants, etc. dédié aux entreprises qui recrutent en externe ou en mobilité interne des cadres en provenance d’autres régions et veulent faciliter leur installation et leur intégration. Avant de créer Florelia Mobility en mars 2011, Florence Richeton s’est entourée d’amis créateurs pour l’aider dans son projet et à profité de son expérience d’animatrice d’ateliers d’aide à la création d’entreprise. Pour elle, « la création d’entreprise était une évidence » et le meilleur conseil est de ne pas rester isolé. Outre son entourage Florence Richeton a profité de ses réseaux professionnels et s’est impliquée dans des associations telles que Créer au féminin, Créez comme elles, le Club Business 51.

Pour Marie Cloos, membre également de Créer au féminin, « la création implique toute sa vie », car son projet de boutique de lingerie a engagé son mari qui l’a quittée en cours, mais d’ajouter : « Je ne regrette rien, même si je ne me verse pas encore de salaire. » Pour se faire accompagner dans son projet, elle s’est tournée vers la CCI et la Boutique de Gestion tout en suivant une formation spécifique à la création à l’AFPA. Ouverte depuis novembre 2009 sa boutique attire grâce à la communication qu’elle a su développer tant sur les réseaux sociaux que dans la presse ou par le bouche à oreille comme elle l’explique : « La rue est peu passante, alors la façade est très identifiable par sa couleur rose fuschia. Au début j’ai créé une page facebook, c’était très porteur, cela m’a permis de communiquer gratuitement et d’attirer des clients. Depuis un an et demi j’ai un site web. » Si elle s’occupe de la communication, la jeune commerçante a préféré au bout de six mois laisser la partie comptabilité à un professionnel, car c’était gourmand en temps.

La dizaine de futures créatrices ont pu échanger sur l’importance de l’étude de marché, la fixation des tarifs ou encore comment s’en sortir financièrement lors de la création. L’une d’elles a évoqué l’idée de se faire accompagner par une créatrice confirmée, idée tout de suite relayée par Pauline Maltret, chef de projet Créer au féminin : « Nous allons lancer un système de marrainage par des femmes de l’association FCE (femmes chefs d’entreprise) qui ont de l’expérience. » Une nouvelle initiative qui vient enrichir les actions du réseau Créer au féminin et ses membres.

A propos

Retrouvez les intervenantes du petit déjeuner Créer au féminin :
Suivez les actions de Créer au féminin sur http://www.creeraufeminin.com/ ou sur http://www.facebook.creeraufeminin.com

Vous aimez cet article ?

Photos

Commentaires