L’info éco dans la Marne

Le luxe s’invite à la pépinière d’entreprises

De multiples arguments plaident en faveur d’une installation à la pépinière d’entreprises Henri-Farman de Reims. Son directeur, Olivier Fiquet, expose ici les principaux atouts de cette structure gérée par Agencia. Des propos illustrés par l’exemple : la maroquinerie Peaux Luxe & Co explique tous les avantages de cette résidence.

La pépinière rémoise recèle quelques perles, d’un type parfois inattendu dans ce genre d’établissement. En témoigne la présence de la société Peaux Luxe & Co. Cette jeune entreprise créée par Loïc Hauser (photo) en 2011 tranche avec les pensionnaires habituels de la pépinière. Ses ateliers (elle occupe deux espaces) sentent le cuir et résonnent du bruit des machines à coudre. Et pour cause : Peaux Luxe & Co fabrique des articles de maroquinerie haut de gamme.

« Nous sommes un bureau d’études qui intervient en sous-traitance pour les grandes marques de luxe françaises, indique Loïc Hauser, 43 ans. Nous créons des maquettes et des prototypes en lien avec les stylistes et les designers. » La petite entreprise de quatre personnes développe parallèlement sa propre gamme de produits sous la marque Loïc Hauser Manufacture de Cuirs : porte-monnaie, portefeuilles, porte-clés, sacs à main pour dames, etc. L’artisan associe habilement cuir et textile en déclinant plusieurs coloris.

E-commerce et ventes privées

Tous ces produits sont vendus en ligne sur un site dédié (opérationnel en novembre 2012) et sur le lieu même de production, à la pépinière, lors de ventes privées. « On trouvera aussi mes produits dans certains commerces de Reims à compter du premier trimestre 2013, précise le gérant : des boutiques de prêt-à-porter féminin ou masculin, ainsi que des magasins spécialisés dans la haute technologie pour les housses de protection de téléphone, d’ordinateur portable ou de tablette numérique. »

Le pari de Loïc Hauser : « Fabriquer des articles haut de gamme à prix abordables. » Son ambition : diriger à terme un atelier de 15 à 20 personnes. Pour l’anecdote, il avait recruté sa première salariée parmi les visiteurs de la journée portes ouvertes à la pépinière en 2011 !

Vous aimez cet article ?

Thématiques

création / reprise industrie innovation / numérique Reims services / tertiaire

Vidéos

Commentaires