L’info éco dans la Marne

Champagne Bollinger : un grand millésime 2012

Nouveau site, nouvelle bouteille, nouveau label et nouvelle certification : l’année 2012 restera dans les annales du Champagne Bollinger, à Ay. La maison qui concocte le breuvage préféré de James Bond se distingue tout particulièrement en matière de préservation de son patrimoine et de protection de l’environnement.

Bollinger a signé en mai deux grandes premières dans le petit monde du champagne. Il est la première maison à se voir décerner le label Entreprise du patrimoine vivant, et la première également à avoir son exploitation viticole certifiée Haute valeur environnementale.

Le label Entreprise du patrimoine vivant, qui est décerné par le ministère de l’Economie, distingue les entreprises au savoir-faire éprouvé qui savent concilier tradition et haute technicité, qui sont attachées à leur territoire tout en faisant office d’ambassadeur de l’excellence française à l’étranger. Bollinger réunit toutes ses conditions : élevage des vins en fûts de chêne (plus de 3 000), temps de vieillissement supérieur aux règles de l’appellation, dégorgement manuel, traçabilité, présence dans une centaine de pays dans le monde, etc.

Dans le même temps, l’exploitation viticole de Bollinger a été certifiée Haute valeur environnementale par un organisme certificateur indépendant. Cette mention couronne une démarche engagée sur plusieurs fronts : réduction massive de l’utilisation de produits phytosanitaires, lutte biologique contre les insectes, valorisation énergétique des bois de taille, expérimentation de la viticulture biologique sur une partie du vignoble, préservation de la biodiversité, embellissement du vignoble…

1846 / 2012

Le champagne Bollinger a également inauguré en mars 2012 un nouveau site d’habillage, de conditionnement et de stockage de 10 000 m2 qui s’étend sur 8 hectares à Oger. Un investissement de 12 millions d’euros pour un bâtiment à l’architecture élégante. La maison avait déjà construit un pressoir, des cuveries et des celliers à Mareuil-sur-Ay en 2005.

Enfin, Bollinger a lancé en mai 2012 un nouveau flacon dont la forme s’inspire d’une bouteille datée de 1846 retrouvée dans ses caves. Son format s’apparente à un magnum, avec son col plus fin et sa base plus large. Ce galbe se veut à la fois plus esthétique que celui de la bouteille champenoise, mais aussi plus efficace sur le plan de la vinification : les nouvelles courbes permettront de ralentir légèrement l’échange d’oxygène et donc d’offrir une qualité de vin supérieure. Baptisé “1846”, ce flaconnage sera décliné en quatre formats : demi-bouteille, bouteille, magnum et jéroboam.

(Visuels : le nouveau bâtiment à Oger et le nouveau flacon 1846.)

A propos

Le champagne Bollinger a été fondé en 1829. La maison d’Ay est propriétaire de 164 hectares de vignes qui assurent 60 % de ses approvisionnements. Elle exporte 85 % de sa production, qui s’élève à 2,6 millions de bouteilles. Son chiffre d’affaires atteint 65 millions d’euros.

Vous aimez cet article ?

Thématiques

agro / viti aménagement / foncier / immobilier énergie / environnement Epernay innovation / numérique international investissements

Photos

Commentaires