L’info éco dans la Marne

Biocarburants : le futur s’écrit chez Futurol

A l’occasion des rencontres Vivescia organisées le 13 juin 2013 sur le thème de la recherche et de l’innovation, la première coopérative céréalière européenne a fait visiter les installations de Futurol à Pomacle. Cette usine pilote met au point les techniques de production de bioéthanol de 2e génération (de l’essence) à partir de la lignocellulose contenue dans les végétaux.

Parfois accusés de faire concurrence à l’alimentation humaine, les biocarburants se tournent aujourd’hui vers une matière première “qui ne se mange pas”. Le projet Futurol, implanté sur le site agro-industriel de Pomacle-Bazancourt, en est l’illustration concrète. Le bioéthanol de deuxième génération produit par l’usine pilote de Procéthol 2G, la société porteuse du projet, utilise une multitude de ressources non comestibles : coproduits agricoles comme la paille de blé ou la pulpe de betterave, plantes dédiées telles que le miscanthus, mais aussi bois de taillis ou de peuplier.

L’usine pilote de Pomacle, qui est une sorte d’usine miniature, a une capacité de production de 180 000 litres par an, soit environ 500 litres par jour. Une quantité infime qui n’est pas destinée en l’état actuel des choses à alimenter les réservoirs de nos voitures. Ce sera pour les étapes ultérieures du projet, qui comprend en effet plusieurs phases. « Décisions sera prise en septembre ou octobre de poursuivre le projet, explique Dominique Dutartre, président de Procéthol 2G et par ailleurs président du pôle IAR. Il entrera alors en phase préindustrielle, avec la construction d’un prototype qui permettra de produire environ 3,5 millions de litres de bioéthanol par an. » La phase d’industrialisation proprement dite interviendra lorsque tout le processus technologique aura été validé, c’est-à-dire pas avant 2016.

Que deviendra alors dans quelques mois l’usine pilote Futurol, pas conçue pour passer à un stade supérieur d’exploitation ? « Elle sera reconvertie pour d’autres recherches sur la chimie verte », assure Dominique Dutartre, qui évoque des travaux concernant les biomolécules et d’autres carburants biosourcés.

A propos

Le montant global du projet Futurol s’élève à 76,4 millions d’euros. Phase intermédiaire entre les recherches en laboratoire et le futur prototype, l’usine pilote construite à Pomacle a été inaugurée en octobre 2011.

Vous aimez cet article ?

Thématiques

agro / viti énergie / environnement industrie innovation / numérique Marne

Photos

Commentaires