L’info éco dans la Marne

Note de conjoncture des CCI de la région : morosité mais lucidité

En 2011, le premier semestre (S1) avait été meilleur que le second (S2) et les perspectives pour le S1 2012 ne sont guère enthousiasmantes. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par les CCI de Champagne-Ardenne auprès de 1 200 chefs d’entreprise, tous secteurs confondus. Des prévisions qui font craindre « un retournement conjoncturel pour les six premiers mois de l’année 2012… »

« On sent que le moral des entreprises est un peu en berne, à cause des difficultés diverses rencontrées sur le terrain », observait d’emblée François Cravoisier, président de la CCI de région en présentant il y a peu avec Dominique Lemelle, président de l’Observatoire économique régional, cette 24e note de conjoncture. Dans un contexte global de morosité, la petite éclaircie semble venir, pour François Cravoisier, de la balance commerciale de la Champagne-Ardenne, « avec un solde positif qui avoisine le milliard d’euros, en progression de 3 %, ce qui nous donne un taux de couverture à 125 %  », note-t-il. Le Champagne joue évidemment un rôle important (en hausse de 6 % à l’export), mais les entreprises industrielles ayant un savoir-faire reconnu ne sont pas en reste : « En 2011, leurs exportations ont augmenté de 17 %. Ces chiffres confortent la bonne santé des entreprises industrielles capables de nouer des partenariats à l’étranger, orientés en particulier vers l’Allemagne », précise-t-il. Aussi, incite-t-il les entreprises champardennaises à aller davantage à l’international pour y gagner de nouveaux marchés et pour se développer. « L’optimisme des dirigeants est différent selon qu’ils exportent ou pas », appuie-t-il en refermant cette parenthèse sur l’export.

Maintenir les effectifs et le savoir-faire

En région, selon l’étude, les premiers signes de ralentissement sont perceptibles en 2012 et la situation pourrait se dégrader dans les mois à venir. En effet, 44 % des entrepreneurs interrogés jugent la conjoncture « mauvaise » voire « très mauvaise » (contre 28 % six mois auparavant). Seuls 19 % d’entre eux anticipent une augmentation de leur CA. Cela dit, la stabilité est envisagée par 49 %, et la baisse par 32 % des patrons. S’il s’est maintenu au second semestre 2011 face à une demande incertaine, le niveau d’investissement des entreprises champardennaises devrait ralentir début 2012. Ainsi, les dépenses liées au renouvellement ou au développement de l’outil de production restent timides : 17 % des entreprises prévoient de les augmenter, contre 37 %, qui les réduiront.
Après avoir appris à s’adapter aux situations de crise en 2008 et 2009, les entreprises « font bloc aujourd’hui », estime Dominique Lemelle, persuadé qu’un « nouveau modèle est en train de s’écrire » et heureux de constater que « les entreprises réagissent et se battent pour conserver leurs outils de production humains et leurs savoir-faire, se restreignant sur les autres investissements. C’est plutôt rassurant, pour l’emploi notamment ». En 2011, 60 % des entreprises ont privilégié le maintien des effectifs, et la situation ne devrait pas évoluer ces mois prochains.

Voir la 24e note de conjoncture, laquelle passe au crible chaque secteurs d’activité et la situation observée département par département

note annuelle portant sur la perception qu’ont les entreprises champardennaises de leur environnement économique et financier actuel

Vous aimez cet article ?

Thématiques

CCI conjoncture / études / statistiques emploi / recrutement investissements Région

Documents

note-de-conjoncture24.pdf

PDF - 488.1 ko

effet_conjoncture_economique_6.pdf

PDF - 797.6 ko

Photos

Commentaires