L’info éco dans la Marne

Les Filatures HARMEL de Warmeriville : un fleuron de l’industrie locale aujourd’hui disparu

Les filatures Harmel de Warmeriville étaient connues dans toute l’Europe au XIXe siècle, tant pour ses productions de qualité que pour ses avancées sociales. Une usine possédée et exploitée de père en fils jusqu’au dépôt de bilan en 1977. Retour sur cette saga familiale et industrielle.

Tout commence en 1810. Jacques Harmel dit « l’ainé » fait construire une filature à Sainte-Cécile, village aujourd’hui situé en Belgique. L’activité de l’usine s’accroit. Son descendant, Jacques-Joseph Harmel (1795-1894), pour faire face aux commandes et préparer l’avenir, achète le moulin bas à Warmeriville et fait construire en 1840 une filature de laine cardée et peignée. Prélude à une cité industrielle appelée « Val des Bois ».

Son fils Léon Harmel (1829-1915) reprend les rênes de l’usine familiale en 1853, avec la volonté de faire du Val des Bois une sorte de communauté chrétienne où les ouvriers dirigent eux-mêmes un ensemble d’œuvres sociales (catholicisme social). Il est connu pour avoir créé des écoles primaires et maternelles, une caisse d’épargne, un service social, un centre de formation d’apprentis, une coopérative et d’autres avancées sociales majeures comme les sursalaires. Il a été surnommé « le bon père » par ses employés. Entre 1849 et 1899, la maison Harmel a déposé de nombreux brevets d’invention et a reçu de nombreuses médailles lors d’expositions.

Pendant la Première Guerre Mondiale, la Maison Harmel est réquisitionnée par les troupes allemandes. En 1918, les Allemands font sauter les bâtiments de l’usine. Après reconstruction, l’entreprise poursuit son activité, dirigée par Léon Harmel Fils.

Peu après la Seconde Guerre Mondiale, l’arrivée du nylon sonne le glas de la filature Harmel, comme pour d’autres filatures. L’activité de l’usine s’arrête par un dépôt de bilan en 1977.

Près d’un siècle après la mort de Léon Harmel, son nom force encore le respect et l’estime des descendants de ses ouvriers. Sa biographie est étudiée dans une procédure de canonisation.

Les Usines Harmel : une place particulière dans l’histoire de l’industrie champardennaise.

A propos

Pour en savoir plus : L’Histoire des Usines Harmel dans Warmeriville en cartes postales, par Daniel Tant

Vous aimez cet article ?

Documents

warmeriville_en_cartes_postales_2.pdf

PDF - 7.5 Mo

Commentaires