L’info éco dans la Marne

Le changement dans la continuité chez SNC-Lavalin en Europe

Une page est en train de se tourner chez SNC-Lavalin en Europe, dont le siège est basé à Reims. Tout en gardant des fonctions (non exécutives) dans l’entreprise, Jean-Claude Pingat — nommé président d’honneur et fondateur en Europe —, vient en effet de passer le relais à Christian Jacqui. Une transition en douceur entre deux hommes ayant 20 ans d’écart, mais la même passion pour le développement.

La filiale européenne du groupe canadien spécialisé dans l’ingénierie-construction change de président en ce début d’année 2012, Christian Jacqui, 47 ans, ayant été nommé par Pierre Duhaime au poste de vice-président directeur des activités du groupe en Europe, succédant ainsi à Jean-Claude Pingat, 67 ans. Les hommes changent, mais les ambitions restent les mêmes, avec la recherche de la croissance pour moteur.
« Dans ses nouvelles fonctions, Christian Jacqui mettra à profit ses aptitudes démontrées à diriger des projets de grande envergure à l’international (voir CV, ci-dessous) et à conduire une croissance profitable et durable, explique le président mondial du groupe. Son expérience diversifiée dans différents secteurs de l’ingénierie où SNC-Lavalin est déjà solidement implantée sur le marché européen contribuera sans aucun doute à l’atteinte des objectifs de développement de l’entreprise. »

Christian Jacqui, qui, le 13 janvier, a mis à profit la cérémonie des vœux au personnel basé à Reims (division Bâtiments, 200 salariés) pour faire connaissance avec une partie de ses troupes (SNC-Lavalin compte 2 970 personnes en Europe, dont 2 000 en France) a pu rappeler son parcours et évoqué le challenge qu’il entend relever désormais.
« Je souhaite, au sein du groupe SNC-Lavalin faire la synthèse de mon parcours, avec l’envie de restituer l’expertise acquise au sein d’une structure qui a une vision et qui s’inscrit dans une véritable dynamique. Les bases sont saines et solides, les ambitions sont intactes », déclare-t-il. Estimant que SNC-Lavalin en Europe a « les reins extrêmement solides », repose sur « un large spectre de métiers », et sait « s’adapter aux évolutions technologiques », Christian Jacqui annonce déjà que cette croissance se fera tant de manière organique que par acquisitions. Il y aura des embauches à la clé, y compris en 2012, selon lui. « La crise est une vraie opportunité », martèle le dirigeant en insistant sur sa volonté de poursuivre le travail engagé par Jean-Claude Pingat notamment dans le domaine des concessions, à l’image des Partenariats publics privés (PPP) en vogue. « Nous sommes prêts à prendre des risques avec les pouvoirs publics en mettant en place ce type de schémas intelligents, utiles et efficaces dans un contexte de raréfaction de l’argent public pour faire sortir des projets d’infrastructures », souligne-t-il en évoquant la piste à creuser de la gestion des aéroports, entre autres. SNC-Lavalin en Europe y a démontré un savoir-faire depuis l’attribution de la concession de l’aéroport de Paris-Vatry, lequel reste d’ailleurs pour l’instant sous le contrôle de Jean-Claude Pingat.

A propos

Le CV de Christian Jacqui
Ingénieur diplômé de l’Ensam (Ecole nationale supérieure des Arts et Métiers), Christian Jacqui compte plus de 20 ans d’expérience en ingénierie, en gestion de projet et en direction d’entreprise sur la scène internationale, notamment en Europe et en Asie. Au cours de sa carrière, il a acquis une solide expertise dans les secteurs de l’énergie au sein de Séchilienne-Sidec et d’Areva, du transport chez Alstom et des infrastructures dans les sociétés Spie Batignolles et la Saur. Papa de deux enfants, ce Toulousain de naissance est amateur de rugby et il joue le golf quand son métier de grand voyageur lui offre un peu de répit. Dans le passé, il a d’ailleurs eu l’occasion de venir pratiquer ce loisir sur les greens de Reims. Il n’arrive pas en terre inconnue.

Vous aimez cet article ?

Thématiques

BTP / construction Marne Région Reims

Commentaires