L’info éco dans la Marne

L’université de Reims veut resserrer ses liens avec les milieux économiques

La nouvelle équipe de direction de l’université de Reims Champagne-Ardenne souhaite rapprocher davantage l’établissement du monde de l’entreprise. Au moyen notamment de la Société d’accélération du transfert de technologie récemment créée et du futur Institut de la vigne et du vin axé bien sûr autour du champagne.

Lors de son discours de présentation de sa politique générale du 19 juin 2012, le nouveau président de l’Urca, Gilles Baillat, a proposé « un new deal aux entreprises ». « Nous avons besoin de vous, a-t-il précisé, pour nos stages, nos formations, nos labos, mais vous avez aussi besoin de nous pour assurer une formation de qualité, pour appuyer l’innovation, pour répondre aux besoins de formation continue. » Gilles Baillat souligne qu’à cet égard les « enjeux de la professionnalisation » sont de mieux en mieux pris en compte par l’ensemble des composantes de l’université. « Ces progrès seront encouragés et rendus plus visibles dans notre offre de formation », assure le président de l’Urca.

« Nos partenariats stratégiques doivent impliquer davantage les milieux économiques et professionnels, a ainsi indiqué Gilles Baillat. Il faut envisager aujourd’hui un outil de dialogue permanent entre l’univers académique et l’univers économique. Un conseil d’orientation stratégique sur le modèle des “conseils de perfectionnement” qui doivent être généralisés au niveau master pourrait constituer cet outil. »

Deux instruments de cette politique de rapprochement avec les entreprises vont être mis en œuvre. Il s’agit d’une part du futur Institut de la vigne et du vin, « qui doit être l’occasion pour l’Urca de construire des liens étroits avec les milieux du champagne ». Il s’agit d’autre part de la nouvelle Société d’accélération du transfert de technologie (SATT), portée sur les fonts baptismaux fin 2011.

Interface labos publics / industrie

Neuf SATT ont vu le jour en France suite à un appel à projets lancé par l’Etat. Elles doivent permettre de favoriser la transformation des découvertes faites par les laboratoires de recherche publique en applications industrielles. La SATT Nord de France Valo a été créée conjointement par les universités de Reims, d’Amiens et de Lille avec plusieurs autres partenaires.

Dotée d’un budget de 63 millions d’euros, cette SATT aura une double mission. La première, financer les phases de maturation des inventions. La seconde, faire de la prestation de service en matière de valorisation des projets de recherche : sensibilisation et détection d’opportunités de valorisation, promotion des titres de propriété industrielle (dépôts de brevets), ingénierie de projet, négociation commerciale, promotion des compétences des laboratoires auprès des partenaires industriels et des clients potentiels, etc. L’objectif, in fine, étant de renforcer la compétitivité des entreprises, de susciter la création d’entreprises innovantes et d’emplois hautement qualifiés.

La SATT Nord de France Valo couvre cinq champs thématiques : biologie-santé, sciences et technologies de l’information et de la communication, physique-chimie, sciences humaines et sociales, agrosciences et environnement. Elle s’appuie sur 25 grands établissements, 8 pôles de compétitivité (dont le pôle IAR) , 190 laboratoires et 10 000 chercheurs.

Lire le discours entier du président d’université

Notre photo : Le président de l’Urca, Gilles Baillat, au cours de la cérémonie de remise des dîplômes des doctorants, promotion 2011, qui s’est tenue le vendredi 22 juin 2012 au siège du conseil régional.

Vous aimez cet article ?

Thématiques

agro / viti création / reprise emploi / recrutement formation industrie innovation / numérique investissements Région

Documents

discours-urca.pdf

PDF - 375.8 ko

Commentaires