L’info éco dans la Marne

L’INRAP met au jour des vestiges de la Grande Guerre

Dans le sous-sol du futur parc d’activités de Sohette-Val de Bois, l’INRAP a exhumé des vestiges de la Première Guerre Mondiale. Plus exactement les restes d’un camp de soldats allemands de l’arrière du front.

Les fouilles archéologiques réservent parfois bien des surprises. Une équipe d’archéologues de l’INRAP (Institut National des Recherches Archéologiques Préventives) menaient un programme de fouilles prescrit par l’Etat, sur 4,5 hectares, en amont de la construction du parc d’activités de « Sohettes Val de Bois » par la CCI Reims-Epernay. Une zone située à cheval sur les territoires des communes appartenant aux communautés de communes de la Vallée de la Suippe et de Beine Nauroy.

Mises en œuvre pour l’étude de vestiges de l’âge du Fer et de la période gallo-romaine, ces fouilles ont permis une découverte étonnante : celle d’un camp de soldats allemands à l’arrière du front. Peu de camps de seconde ligne ont été fouillés à ce jour, alors qu’ils documentaient un quotidien différent de celui des premières lignes.

Ce site, occupé par les Allemands pendant les quatre années de guerre, était situé à proximité du nœud ferroviaire de Warmeriville qui alimentait le front en vivres et en armes. Dans ce camp, on s’occupait du ravitaillement des soldats en première ligne, de l’entraînement physique des hommes et de la formation des nouvelles recrues.

Les fouilles menées par l’INRAP dans quinze fosses ont permis d’exhumer des vestiges de la vie quotidienne des soldats : bouteilles de vin, d’eau gazeuse, flacons pharmaceutiques, fioles en verre, boîtes de conserve, assiettes bavaroises et vaisselle française… Mais aussi des ossements animaux montrant des traces de découpe (alimentation des soldats). Des restes d’équipements militaires ont été mis au jour (filtres de masques à gaz, pointes de casques, semelles…) ainsi que des objets relatifs à l’hygiène.

Dans l’une des fosses, une trouvaille insolite : un crâne d’ours et ses griffes taxidermisés (un trophée de chasse ?) caché sous une dépouille de cheval.

Quatre cabanes de 13 mètres de long ont aussi été mises à jour, révélant plancher et escaliers en bois. Elles devaient servir de soutes à munitions ou servaient à accueillir des soldats.

Il reste maintenant à l’équipe d’archéologues de laver, inventorier et analyser toutes ces trouvailles.

A propos

INRAP : Avec plus de 2 000 collaborateurs, l’INRAP est la plus importante structure de recherche archéologique française et l’une des toutes premières en Europe. Ses missions s’étendent à l’exploitation scientifique des résultats et à la diffusion de la connaissance archéologique auprès du public.

Vous aimez cet article ?

Photos

Commentaires