L’info éco dans la Marne

Deuils et Souvenirs de la Grande Guerre

A l’occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale, les Archives Départementales de la Marne ont décidé de rendre hommage aux très nombreux soldats décédés sur le sol marnais pendant ce conflit, par le biais d’une exposition visible à Reims jusqu’au 14 novembre 2014.

Dès le début du conflit, les autorités militaires et la population civile sont confrontées à la mort en masse des soldats. 10 millions d’entre eux vont perdre la vie.

Après la guerre, la nécessité de leur rendre hommage apparaît : édifications de monuments aux morts, stèles commémoratives, nécropoles nationales… C’est dans la Marne que l’on compte le plus grand nombre de soldats inhumés de la Grande Guerre en France.

Les Archives Départementales de la Marne ont décidé de rendre hommage aux soldats décédés sur le sol marnais à travers une exposition qui se tiendra jusqu’au 14 novembre 2014.

La première partie de l’exposition est consacrée à la mort de masse, à l’omniprésence de celle-ci dans le quotidien des soldats et aux procédures administratives instituées pour enregistrer les décès.

La deuxième partie s’intéresse aux différents types de sépultures ainsi qu’au deuil des familles et aux hommages rendus par la Nation.

La dernière partie présente les découvertes effectuées par les archéologues sur des sites marnais de la Grande Guerre.

L’exposition organisée en partenariat avec l’Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD), présentera également une sélection de documents, de photographies, de films, d’objets, de peintures et gravures relatifs à la gestion et à l’inhumation des morts sur le front, au deuil et au recueillement des familles, aux hommages rendus par la Nation aux Morts pour la France ainsi qu’aux découvertes des archéologues de la Grande Guerre.

A propos

Exposition visible aux Archives Départementales de la Marne, Centre de Reims
44 avenue de l’Yser - 51100 Reims
Jusqu’au 14 novembre 2014
Du lundi au vendredi de 13h à 17h.

Vous aimez cet article ?

Commentaires