L’info éco dans la Marne

Conjoncture : léger mieux espéré dans l’industrie en Champagne-Ardenne

C’est un petit coin de ciel bleu dans une mer de nuages : selon l’enquête annuelle réalisée par la Banque de France, les industriels attendent une année 2013 légèrement favorable en termes d’activité et de chifre d’affaires. Les autres secteurs interrogés voient en revanche tous leurs indicateurs à la baisse.

Comme tous les ans, la Banque de France a sondé les chefs d’entreprise de la région sur leurs prévisions pour 2013. Trois grands secteurs d’activité sont interrogés dans le cadre de cette enquête : l’industrie, la construction (BTP) et le transport de marchandises.

Ce n’est pas une surprise dans un contexte de grande morosité, tout le monde anticipe une baisse de son chiffre d’affaires, de ses effectifs et de ses investissements. Une exception confirme la règle : l’industrie, qui table sur une augmentation de sa production. Une hausse certes minime, à 0,8 %, mais tout de même.

Encore faut-il préciser que cette très relative embellie n’est pas attendue dans tous les secteurs de l’industrie. Si la métallurgie et le champagne, qui sont deux poids lourds de la région, affichent un optimisme tempéré, ce n’est pas le cas de la fonderie, qui s’attend à une chute de son chiffre d’affaires.

Mieux vaut exporter

Alain Debiasi, le directeur régional de la Banque de France, pense que la croissance repartira lentement au second semestre 2013, mais qu’elle sera encore insuffisante pour résorber le chômage. Le banquier souligne que les entreprises qui s’en sortent le mieux sont celles qui exportent. Il indique que les capacités de production industrielles ne sont utilisées qu’à 72 % en Champagne-Ardenne, ce qui est inférieure à la moyenne nationale (76 %) et à celle observée dans notre région sur une longue période (80 %).

Alain Debiasi indique aussi que les banques continuent à prêter de l’argent aux entreprises, même si elles le font plus volontiers pour répondre à des besoins structurels (les investissements) qu’à des besoins conjoncturels (la trésorerie). Elles demandent aussi davantage de garanties qu’avant, préfèrent répondre à plusieurs aux sollicitations des entreprises pour diluer les risques. Dans le même temps, la demande de crédits des entreprises a fléchi.

Pour accéder aux enquêtes de conjoncture de la Banque de France en Champagne-Ardenne, cliquer sur ce lien.

Notre photo : Alain Debiasi (debout), directeur régional de la Banque de France, entouré de Claude Lafont (responsable des affaires régionales) et Jean-Michel Descamps (directeur régional adjoint).

Vous aimez cet article ?

Thématiques

agro / viti BTP / construction conjoncture / études / statistiques emploi / recrutement industrie international investissements Région services / tertiaire

Commentaires